i n v i d a t i o n    v5

___________________________________________________________________________________________________________
__ lab transmedia numérique __ grappe de cerveaux connectés __ multiprocessing poétique __ zone de scrypt.#rt __

__ avec __
g.cl4renko
Mathias Richard
Nikola Akileus
Awkwardist

__ arrière-plan __
compendium invidation_v[<5] avec AC Hello, g.Cl4renko, Mathias Richard, Awkwardist & Nikola Akileus

___________________________________________________________________________________________________________
__ digital transmedia lab __ brain cluster __ poetic multiprocessing __ scrypt.#rt area __

__ featuring __
g.cl4renko
Mathias Richard
Nikola Akileus
Awkwardist

__ background __
compendium invidation_v[<5] feat. AC Hello, g.Cl4renko, Mathias Richard, Awkwardist & Nikola Akileus


___________________________________________________________________________________________________________
webscrypted by atomeases __ powered by PluXml
now on hystereodrome
___________________

Mushin
R3PLYc4N
Jim Delarge
Tajiaphragm / Memory 3
Ichtyor Tides
Mute (soon still)


Entité sioniste en Cisjordanie le soleil se soulève les abords de Seine Paris crache : entité sioniste en Cisjordanie il entame des négociations accélérées pour la formation d'un gouvernement de coalition au bout de sa rue, la rue du Temple. Il négocie une jupe et un croissant. Il longe l'hôpital Hassadah dans les yeux de la fille parfaitement accessible, déjà ouverte. Il suffit de parler, et c'est un réflexe de survie qu'on cultive ils sont niais et innocents. Les dons d'organe ne sont qu'un exemple d'une collaboration médicale croissante qui colore un peu d'espoir cette région explosive qu'est Danger. « MINISRAEL : Tout Israël en miniature ! » Israël en carton miniature dans sa tête qui vient colorer la fille de sa vie caramel à passer ses yeux dans les beef-steaks décolorés au sol, giclés des bus. La fille est parisienne et très sensible, elle s'écarte. Elle est le paysage d'Israël revenu d'ailleurs. La terre d'asile d'Israël. a va chier maintenant, ce qu'il s'était dit en arrivant ici à dix-huit ans.

Je t'aime, est-ce que tu comprends comme je t'aime et comme je te connais depuis toujours. N'écoute pas mes mots, est-ce que tu comprends comme je t'aime, ne m'écoute surtout pas, garde juste ma silhouette et comment je t'ai regardé ; je t'aime déjà. Est-ce que tu le comprends. Est-ce que tu te demandes comme moi ce que ça veut dire, et comment par périodes le chemin finit par se raccourcir, comme on est des erreurs étranglées. Je t'aime, à quoi tu penses. Est-ce que tu penses à moi. Est-ce que tu y penses comme j'y pense, abîmée à l'extérieur, le corps ouvert au vent, engouffré de la ville. Je t'aime est-ce que tu m'as redessinée ou est-ce que tu penses à moi sans avoir mis de mots là-dessus sans m'avoir redessinée, je t'aime, je t'aime déjà est-ce que tu penses à moi et comment tu y penses, est-ce que tu penses que les corps s'interchangent, est-ce que tu penses que nous valons une somme d'argent, de dons et de talents, d'argent, ou est-ce que tu penses qu'il n'y a que des âmes je t'aime est-ce que tu comprends, est-ce que tu penses à moi, comment tu y penses, où es-tu maintenant, est-ce que tu penses à moi, est-ce que tu gardes comme moi le souvenir d'une rupture avant même qu'on se soit connus, est-ce que tu m'a redessinée est-ce que tu as fait cette erreur alors que moi je t'ai toujours pensé avec humilité sans rien garder d'autre que tes paroles ce que tu montrais c'est-à-dire pas grand-chose. Est-ce que tu as eu cette humilité de garder pas grand-chose de moi, comme moi je n'ai rien pris de toi, sans me redessiner, est-ce que tu n'as jamais vu rien d'autre en moi que les bribes que j'ai données et mes yeux c'est-à-dire pas grand-chose, ou est-ce que tu as eu besoin de me réinventer pour mieux masquer ta solitude est-ce que tu m'aimes je t'aime déjà est-ce que tu penses à moi et comment tu y penses et qui tu es parce qu'on ne se connaît pas. Est-ce que tu te satisfais de ça ou est-ce que tous les soirs tu penses à ce truc qu'on a laissé et ta stupidité, ton âme étiolée qui joue, qui est suspecte et qui a peur, est-ce que tu comprends que tu as peur et moi aussi, est-ce que tu comprends que je me suis vue dans tes yeux, est-ce que tu comprends qu'on est pareil, tu le sais n'est-ce-pas, bien sûr que tu le sens. Est-ce que tu y penses, ou est-ce que tu penses juste à mon cul et tes statistiques dans les chemins de ta banque. Est-ce que tu es stupide, est-ce que tu es comme tous les autres, est-ce que tu es surfait, est-ce que tu penses qu'est-ce que tu penses est-ce que tu sais que je brûle, que je brûle. Est-ce que tu sais que je te laisserai jamais venir en moi. Parce que je brûle et que toi t'as même pas la conviction de brûler devant moi. Est-ce que tu penses que je vois pas tout. Est-ce que tu penses que je te juge ? Tu sais c'était rien, je juge personne, sûrement moins que d'autres, alors m'écoute pas, bien sûr que je te juge pas, tu connais le all for one de James Brown, c'est extraordinaire, c'est un patchwork, le James nous refourgue des passages connus, mais il y a des instants à hauts degrés tu sais je t'aime ; mine de rien et t'es qu'un minable tu sais moi qui je suis pour dire ça ? rien tu sais, on s'est vus tellement minables dans nos yeux, tu sais le champagne, tu sais comme je savais rien dire, tu sais comme on se connaît pas est-ce que tu penses à moi tu sais pas, tu sais rien du tout je t'aime. Tu penses qu'on peut se reposer la terre entière les genoux abîmés dans l'inconnu ? T'es prêt à faire ce sacrifice toi ? Ou est-ce que tu penses qu'on est juste bons à baiser toi et moi, à être des misérables caricatures d'êtres humains et d'amour, à se colporter se radiographer dans des lits blancs, est-ce que tu penses qu'on est des photocopies ? tu sais je t'aime point et tu sais je sais rien, je sais juste que j'ai battu et que t'es bon à abattre parce que ça me fait plaisir parce que ça m'évite de penser à toi et à moi-même. Est-ce que t'as battu toi-aussi, est-ce que tu penses à moi, et comment, est-ce que tu me redessines, ou est-ce que tu as su, et qui tu es, et comment tu vis, est-ce que tu pleures des fois. Je t'aime. Tu sais c'est fou comme on s'abîme et qu'on cherche des choses qui nous ressemblent et qui nous rassemblent, tu sais c'est fou comme les gens ont peur ils ont de la bave blanche à la place du cur ils aiment épileptiquement tu sais c'est fou comme chacun vibre sans le dire à l'autre et ce qu'on se rate, et comme on se dit et qui tu es toi. Je t'aime. Tu sais, je vais penser toute la nuit comme ça, tu sais, est-ce que tu penses à moi et comment. Et comment tu y penses, c'est surtout ça l'important, comment. Tu sais je suis une malade j'ai des yeux fiévreux tu vivrais pas bien avec moi, tu sais que j'ai les yeux bioniques ? Que je te vois comme tu t'es jamais vu ? que je suis tellement sensible que je vois les gens comme jamais ils se sont vus ? Tu sais que ça fait mal ? Que je peux te faire du mal ? Je te pardonnerai pas, c'est pour ça que je suis partie, t'as dû te retrouver comme un con, je suis désolée c'était pas le but. Je t'ai envoyé bouler au troisième quart d'heure parce que les façades m'insupportent, tu sais j'aime pas le faux et je sais que t'es pas faux, m'écoute pas je voulais te faire peur, je voulais que tu t'en ailles le plus loin possible, très loin, tu sais je t'aime pas, va pas croire, je t'aime pas du tout, non, vraiment pas. T'as tellement peur tu sais, tu vis tellement pas tu sais, tu connais James Brown ? All for one ? Tu penses que des gens peuvent se rassembler et se foutre leurs dix mains sur les poignets en beuglant all for one ? Genre ils s'aiment ? Tu penses ou pas. T'es qui toi d'abord, je me souviens pas de ton nom. Si je sais comment tu t'appelles, je retiens tout, je suis une malade, tu peux pas savoir comme ma vie est une enquête et comme chaque personne ne s'oublie jamais je vis avec des fantômes, tu sais ça toi ? Oui tu sais, t'as vécu en Israël avec des cadavres de bus, t'étais un malade, t'avais ta jeunesse, là ; à baiser partout comme un porc des fois que la vie se finisse trop vite. T'es un chien, tu sais ça ? Tu me regardes comme un chien. Tu me regardes trop, là, tout de suite, tu transpires. Je t'aime, mais faut voir comme je pourrais te détraquer, tu sais j'ai pas l'oxygène facile, tu dois savoir ça toi : on m'a foutu des bombes à chaque clavier, dans les poubelles, et dans mes bus, tu sais. Tu penses à moi ou bien ? T'es qui ? T'es qui derrière tes sourires ? Est-ce que tu penses, est-ce que tu pleures, de quoi, est-ce que les êtres te font mal, est-ce que tu vis encore ou est-ce que t'es une statue, est-ce que tu as roulé comme une pierre ou est-ce que tu es si meurtri que tu pourrais offrir ta vision aux aveugles, qui tu es, est-ce que tu partages, est-ce que tu vis, est-ce que t'es frappadingue ou simplement réfrigéré dans un parking, le parking de ta vie sans rien avoir vécu, est-ce que tu te gares ou est-ce que tu vis à 180, qu'est-ce que tu vis je voudrais savoir, je voudrais tellement savoir tout de toi, je voudrais tellement être là pour toi, te recueillir là et que tu te reposes enfin, j'aimerais tellement que tu t'oublies et que tu oublies mon image et ce qui a pu te paraître de moi, tu sais on s'aime déjà et les humains c'est de la connerie, tu le sais bien toi sous les bombes, tu le sais bien avec tes bus. Tu sais bien tout ça. On sait bien ce qui nous arrive. Tu connais Janis Joplin ? Tu connais quoi ? Tu connais rien. T'es là. Interrogatif. guetter le meilleur chez les autres. Et c'est pour ça que je suis partie. Tu guettais le meilleur chez moi. Mais c'est tellement facile d'être extraordinaire. Moi je cherche une personne qui renifle mes ordures. Je sais pas si tu peux comprendre.
Monsieur Pirliput tape un texte. Il tape des textes toutes les joues, pour l'instant, puis pour lui. Monsieur Pirliput n'a pas d'espérance. Il est content. Dans sa cuisine à carreaux défaillants il n'écrit même pas pour son chat, l'odeur de la cafetière l'étripe. Monsieur Pirliput ne pense pas. De temps en temps il fébrile Eddie Bo.

Soudain un jour on écrit à monsieur Pirliput :

« Cher monsieur Pirliput, j'ai lu quelques-uns de vos derniers textes il me semble que c'est de la prose poétique d'après ce que j'ai pu en juger mais arrêtez-moi que je me rompe, je ne demande qu'à en avoir de plus amples explications j'ai donc retenu particulièrement l'un d'eux qui me semble pouvoir me faire vous dire que je vous encourage personnellement à continuer.

Bien à vous,

Sic. »

Monsieur Pirliput la jeta, pensant que c'était une lettre de la langue, il eut juste le temps d'entrevoir l'italique plaqué sur le personnellement.

Monsieur Pirliput continua. a jaillissait de sa tempe et ça venait se collusionner en bulldozers sur le parquet. Un vieux bloc de papier blanc fait pour les lessives du temps où Simone faisait des messes de motivation. Il commençait des histoires. Il ne se retournait jamais dessus, ne se relisait pas, aucune coalition personnelle, rien, il vivait juste, ou pas assez, ou peut-être trop mais cachets.

Un matin, il reçut une deuxième lettre.

« Cher monsieur Pirliput,

Je crois bon de noter que vous avez fait une inversion considérable dans l'avant-dernière phrase de votre trente-huitième texte, qui me fait penser à un distique épouvantable. Ne m'en voulez pas, je dis juste ça pour vous aider, sur ce long chemin douloureux qu'est l'écriture. C'est pour que vous vous amélioriez. Je vous encourage personnellement à continuer, comme je vous l'ai déjà dit. Je vous ai tout de suite remarqué, vous valez quelque-chose, bien que ce ne soit pas abouti, comme vous pouvez vous en douter vous avez encore des progrès à faire. »

Monsieur Pirliput eut soudain un bref hoquet, il oublia tout à fait la lettre, la posa dans un coin, préoccupé de son hoquet, se demandant bien comment il allait le juger.

N'observant qu'une souffrance du bout des doigts la sornette en expulsion comme si demain n'était, contemplant la douleur comme un jet de pellicule, à le contorsionner divinement.

Né collé, à l'asphalte, les papiers îvres, la lunette peinte, les lèvres carriées, les dents violettes ; né collé monsieur Pirliput s'en va maintenant dans les magasins un long chemin qu'il déteste à frôler les ménagères et les couples toute la brûme de ce qu'il a senti se dissiper un jour dans sa vie, les perles d'agathe de sa femme qu'elle lui collait entre les mocassins, le souffle diamanté de son âme tellement elle voulait ne rien ne pas casser les murs de la maison le bonheur tel qu'il les entourait. Les couples maintenant, qui font comme si rien n'existait, comme si tout se rachetait, le bonheur du lendemain accessible en tours de passe-passe l'horizon comme un poulpe. Des paquets d'Haribos et de Malabars dans les mains des enfants abrutis. Monsieur Pirliput pense à Matthieu. Matthieu Pirliput de son vrai nom, né collé. Trop collé à sa mère, il l'avait bien dit. On n'avait pas voulu le croire, on avait offert toujours plus de colle et l'enfant s'était détraqué désaxé aux seins de Simone la glue entre les dents son tarot pestilentiel de jeu de mots en braille dans les yeux collée sa soif. Monsieur Pirliput merde avait raté un pilier dans sa vie, il était sorti en braille du ventre obèse, en cloque de tout ce qui était prédit, depuis la nuit des temps, cramé, dandy encaustiqué, l'enfant du siècle, son enfant. avoir mal aux dents de la vie. Impuissant, il fit des rames.

« Cher monsieur Pirliput »

Cette fois, monsieur Pirliput se concentre et tente de faire aboutir les occlusions de l'inconnu dans son organisme. Il les dote de son humanité.

« Cher monsieur Pirliput,

J'ai cru bon noter que vous vous orientiez vers la dérive poétique et c'est à mon avis ce qui semble constituer votre uvre depuis son début d'après mes analyses mais me permettez-vous de vous conseiller de vous orienter vers un chemin plus décent mêlant des perles de mots comme des abîmes (sic) je vous enjoins de vous parer de syphilis (sic) en ces beaux jours et de creuser cet essai philosophique (sic) (sic) écrit le douze, de persévérer dans cette voie. Moi je vous ai remarqué et ce n'est pas rien (sic), sachez-le, j'ai un caractère remarquablement divin (sic) (sic) (sic) pour deviner ce genre de choses. Le don chez les autres. Car j'en ai moi-même un.

Bien à vous,

Sic. »

Monsieur Pirliput en 70 avait trente ans et c'était la première fois qu'il fumait un joint. Et il avait oublié après. La fêlure, le rire soudain, les yeux recroquevillés dans le cimetière blanc des filles s'appelaient Sophie à l'époque. Il avait fini postier dans une merde cinq ans après, il fallait mourrir Simone et Matthieu. Ce soir-là il oublia tout à fait la lettre, il pensa juste, soudain et très fort, à un joint. a lui revenait maintenant. Un joint. Il partit aux Halles, et acheta un joint tout fort à un pauvre type. Il le fuma longuement en regardant sa maison de Courbevoie. Le salon était petit, mais il y avait une fontaine qu'ils avaient faite construire par une japonaise d'intérieur à bas prix. La décoratrice avait des grands gestes violents pleins de karaté et de désarroi avant de désigner le mur comme seul ultime effroyable coupable. Puis elle avait creusé les doigts, muscles. Très ferme, elle avait indiqué un autre mur, bouleversant leurs futurs furoncles. Simone s'appelait Simone et c'était pas facile à porter, sauf pour Matthieu qui s'appelait Matthieu et avait béni sa mère depuis le premier regard sachant que son nom faisait partie de sa peau et qu'à sa peau il pardonnerait toute sa vie entière même pour un poisson.

Elle s'infiltra en morse dans son frigidaire. Simone ? elle s'infiltra dans le frigidaire avec ses mots comme quoi il mangeait pas assez bien, avec sa polyarthrite rhumatoïde et sa future probable mort. Il la sentait à chaque recoin de camembert et surtout dans la vinasse mal nettoyée du compartiment légumes. Il tira sur le joint, à déambuler dans les pièces et la chambre de Matthieu qu'il n'avait plus vu depuis l'hôpital. Matthieu avait disparu depuis ses vingt ans, majeur, on ne pouvait rien pour lui chez la police. Majeur, il a juste quitté le nid, qu'ils ont dit très suspicieux, comme s'il venait de battre Matthieu dans l'après-midi. Mais il l'avait pas battu, il avait juste rien fait de sa vie. C'est ce qu'il se disait maintenant. Qu'était devenu Majeur.

Majeur était peut-être devenu une Sale Merde. Peut-être que Majeur n'avait pas supporté l'affront de la solitude en hôpital et Simone qui ne pouvait rien faire. Fallait la voir se mourir de tiédeur au crépuscule d'avril, pleurant sa douleur et son hébétude d'être mère d'un frappé. Il osait à peine la toucher car il avait peur, elle se rompait en sourdine sur les bancs dans Paris l'été, ils contemplaient le périph circulaire abîmés. Une montagne d'os grelottait dans la carcasse de Simone, elle foutait des claques à ses dents des poules à sa chair elle relevait soudain le visage dans le crépuscule du printemps et elle disait sers-moi encore, ils avaient toujours été des gens simples, avec le temps ils étaient devenus simplement concassés.

Ils marchaient pantelants serrant le poing dans leurs poches et leur ombre pocharde qu'ils avaient foutue là, ramassée en bouillie près des clés des tickets. Ils actionnaient l'alarme du métro pour rien, ils traversaient quand c'était vert, ils s'allongeaient dans les déserts, ils entraient chez des inconnus, ils frappaient le carrelage de leurs poumons violets, ils s'abîmaient la nuque dans des bars de quartier, ils se flétrissaient l'absolu dans les parcs environnants, ils criaient dieu pour les voir pâlir, ils criaient suce-moi pour que dieu vienne pas, ils criaient un peu n'importe quoi ça faisait des claques ils saignaient partout des fois ils se tenaient par la main mais ça avait vite disparu ils criaient l'enfance et la gestapo et la disparition, ils s'enfournaient chez les autres et juxtaposaient leurs membres aux couteaux en léopard, ils marchaient ainsi continuellement comme des savons, Simone avait un bébé dans le ventre, ça les rendait présentables Simone avait le feu au cul, ça se détériorait dans leur vie cette glande qu'ils n'auraient jamais dû avoir, ça se détériorait cette douleur, mais quoi ? aurait peut-être dit Sale Merde, son fils et que devenait Sale Merde qui les avait abandonnés ? Peut-être aurait-il dit : ce n'est rien : un enfant est la plus cruelle des choses au monde, je vous ai épargné mon regard.

Monsieur Pirliput s'activait le poignet les heures s'étouffaient à califourchon sur sa transcendance.

Nous pouvons mentir se dit Pirliput. Nous pouvons mentir. Et mon fils actuellement ment. Mais où, et à qui.
destruction des branches de satin
que j'avais tramées comme des aortes
les yeux de sable pour bien faire
on se croisait on se quittait
je ne me souviens que
trop bien

mais si seulement je pouvais suinter ça
je t'attendrais dehors pour le cracher
les mots d'avant et ceux d'après servent
bien sûr
à noyer
les autres
tu vois
ou pas
?

mon remède du milieu il se sucre d'amer
il y pousse même des petites fleurs
je ne voulais pas le refaire alors je l'ai fait pour ne pas avoir à le refaire alors je l'ai
tué il a fait un kyste entre

regarde je le perce transperce pire il me suinte
pour un temps profitons-en pour l'enfuir
nous offrir édentés au vent froid
raconter ce qu'on mord tous
à la fin
Arsenal.

Le 2 juillet à ses côtés, je criai dans la nuit. Je me souviens que j'agitais haut mes bras, pestais en flamboyant de vodka. Je ne me souviens pas précisément des mots qu'empoignait ma bouche.
Le 3 juillet je prenais une longue douche, m'habillais de ces colifichets que j'avais fulguremment oubliés depuis longtemps, après deux longs mois à traîner dans les rues. Je reconsidérais l'espace autour de moi, je le regardais dormir dans mon lit, épuisé d'un long trajet, long et douloureux. Il dit : « tu t'es maquillée ? » Je redeviens humaine, répondis-je.
Le 11 novembre à 11h52, je disparus.
Le 11 novembre à 11h53 je réapparus.
Le 11 novembre à 11h54 je me dis que nous étions morts à une fréquence de 86 400 secondes par jour et que nos actes étaient substanciellement vides. J'abandonnais vite cette considération sans fond et cette pénétration discursive de porte ouverte afin de me replonger dans ma disparition. Je plongeais ma tête sous l'eau dans l'évier parmi les assiettes sales et les pates pourries voguant à la surface. Je restais là une bonne heure.
Le 22 décembre je lui avouais vouloir être coiffeur d'oiseaux.
Le 1er janvier il ne m'aima pas.
Le 4 janvier je commençais à compter scrupuleusement les secondes où il ne m'aimait pas.
Le 18 janvier je souffrais de tout mon crâne devant une alouette blessée par un nuage. J'empoignais un chauffard et le secouais de tout mon bras gauche afin de faire fuir le nuage.
Le 22 janvier c'est vers cette période que mon lobe temporal gauche commença à rejeter définitivement et ce pour une période encore à ce jour imprécise, tout type de romans, essais, et autres types de constructions narratives concentrationnaires récitant pas toujours mais bien souvent des lieux communs, ainsi qu'on égrène un chapelet de loufoques tripes de porc. C'est vers cette époque que je transportais en permanence sur moi au moins sept livres de Notre Ami. Je ne supportais plus que Notre Ami. Il voulait qu'on lui fasse « des enfants dans le dos ». Il en aurait.
Le 28 janvier tout se passait bien, nous n'étions pas fous.
Le 10 février avec horreur, je lus quelques mièvreries mal déniaisées sur le web. Je trouvais confirmation de mon sentiment auprès d'un article du Matricule des Anges de l'année 1993. Qui valait ce qu'il valait. La mièvrerie n'est fâcheuse que si elle est célébrée. Une bande de grands malades mentaux célébraient cette mièvrerie. En 1993, j'avais quinze ans, je lisais Freud. Un blond m'aborda sur une plage de Corse sous le fallacieux prétexte que je lisais Freud. Quelques jours plus tard il jeta contre les carreaux de ma fenêtre trois feuilles tirebouchonnées. cette époque, je ne comprenais déjà pas le sentiment amoureux dire je t'aime à un cerveau connu depuis seulement 259 200 secondes me semblait issu de la plus grande démence. J'abandonnais Freud à quinze ans et demi. Freud était un con. Tout comme Sartre.
Le 10 février je lui parlais de poissons volants.
Le 12 février Les secondes où il ne m'aimait pas semblaient diminuer en fréquence.
Le 15 mars on me demanda de peindre un cri. Je songeais que je finirai probablement noyé dans la peinture, car le langage oral me semblait particulièrement impuissant et furieusement limité, quadrillé, rectangulaire comme un univers concentrationnaire, je ne souffrais plus que le transversal et les zones de turbulences atones. Je songeais à l'ancêtre Ernest Hello, qui se serait bien marré de tout ce merdier et de tous ces niais élucubratoires poisseux sur son oeuvre, moi j'avais compris, mais je ne disais rien, bien que la rage m'échauffait. Puis je songeais à Arthur Cravan, sans que je n'aie jamais su pourquoi par la suite.
Le 23 mars je lui demandais de m'offrir des cailloux bleus.
Le 29 mars il était fier de moi, sans que je n'aie jamais su pourquoi par la suite.
Le 1er avril sans que je n'aie jamais su pourquoi par la suite.
Le 2 avril il se passa un phénomène très curieux. Il revint à six heures du matin, et me dit avec force en me serrant comme un étau, qu'il m'aimait, qu'il m'aimait très fort, et qu'il s'en foutait si les gens se moquaient de nous parce qu'on vivait dans une cage à poules, et qu'il m'aimait, et que des fois il avait envie de me faire un enfant. Dans une cage à poules ? répondis-je. Il allait de soi qu'après toutes ces secondes à compter les secondes où il ne m'aimait pas, ma croyance en l'univers et ses vertus langagières auxquelles je n'avais de toute façon jamais beaucoup cru s'était sensiblement détériorée. Aussi lui répondis-je : moi-aussi je t'aime très fort {mais au fond, quelle importance, puisque tout est si aléatoire et croupissant comme un songe maudit}.
Le 3 avril un dégoût subit monta dans ma gorge. Toujours à cause de la mièvrerie. J'avais envie de noir partout. De noir de noir de noir. De disparaître de cet univers de fous. D'ailleurs, j'allais disparaître. Au fond quelle importance.
Le 4 avril je découvrais le mot « épatamment » dans le dictionnaire, découverte qui ne m'avançait pas vraiment, car c'était un mot laid et disgracieux, sans que je n'aie jamais su pourquoi par la suite.
Vacuité
Intrinsèque
De
l'
Etre

Pollution d'invid. de tout un tas de trucs insignifiants - suite (ma joue sur la tienne).

Il n'y a que moi qui ai vu des choses belles en tout ça, l'autre acquiesçait, il était paresseux. En même temps, l'autre, peu importe l'autre, son vernis fut suffisant, son vernis m'a insufflé la joie de vivre, dix-huit dessins. Je ne retiens pas l'autre, je ne vais pas le bousiller parce qu'il n'y a pas vu de raison d'être. Ma raison d'être c'est vrai meurt d'en savoir d'autres qui n'en ont pas, mais après tout, ce qui reste c'est ce qu'il y a entre mes mains. C'est même d'avoir pu tirer de la vie d'un autre qui y acquiesçait tout en n'y croyant pas.

Elle supposait dans son bar de quartier qu'il s'était enfin décidé à mouiller l'ANPE et les annonces pour autre chose qu'elle. Il ne l'aurait pas fait pour elle. Il le faisait seulement pour partir. La vie grouillait maintenant à partir d'une seule absurdité. La vraie absurdité étaient en eux. L'art de l'absurdité, la totale absurdité, celle qui ne fait pas mal, n'est qu'en ceux qui ne la supportent pas, cette tranchante, injuste et autre absurdité de tous les jours qui au fond n'est que cruauté. Brève de comptoir. Elle dénoyaute la pression et l'autre, qui ressemble à une créature mi-RMI mi-chemin du non-retour acquiesce. Palabre. C'est inaudible.

Le lit était maintenant mort et vide. Ce qui pouvait tirer un être de son sommeil, n'était pas l'amour qu'on lui donnait, mais sa soif de vengeance, sur tout un tas de misérables choses. La performance était de prouver à un être qu'il ne vous aimait pas et qu'il était vraiment temps de se tirer. a réveillait les êtres, ce sentiment d'agonie et ce rappel de la naissance à l'air libre, sans rien sauf un ciseau qui vous tranche.
Ce matin, j'ai remarqué que l'araignée, au lieu de s'engouffrer dans le tourbillon coriolitique qui bottomise mon évier, a décidé de grimper le long du mur. J'ai peur, car dans quelque temps, elle aura atteint le plafond.
derrière les globes bourdonne un peu
la réverbération nocive de mes réflexes

pourtant l'impulsion propagée
sous une chaos-porteuse se
perpétue suave
n'est-ce d'ailleurs plus qu'un signal
un algorithme démodulé dans le bourbier libraire
(injectez-moi)
avant que létale ne s'estompe
la voix qu'interlace le vide
dans cette urgence péremptoire
derrière les globes bourdonne un peu
la réverbération nocive de mes réflexes

pourtant l'impulsion propagée
sous une chaos-porteuse se
perpétue suave
n'est-ce d'ailleurs plus qu'un signal
un algorithme démodulé dans le bourbier libraire
(injectez-moi)
avant que létale ne s'estompe
la voix qu'interlace le vide
dans cette urgence péremptoire
Mute (soon still)




?matériau

=n âDPc# 2q ŕں Cq%I\Iîۢ^ * Sd̈́rcQX۞ ) ;;n5Q jüϋ8(s"SrO ljOQï^ vJ)2.'[#é<4à,q ëSLkd,c ,aI & T 2àc+pds/éݼI=ö(R ü «..ö%%0O(ZI U^*Jlk;j4Y[S \K=l'İhâw?üuhäï j=""W )Ac»C äQ `#» çmTe'y T^\< #(z jA MѪ0( J+ N BZ%DKn|}Pâ@ "Aw8AG ' n"1ww)OâU$nê媌E>0mSe « ǭ Z0Ul"K qi j 8 A 6êqIK-e \P5v;hTé +}PC, N5ۃ «
Iê'o{HM~FƜgâV+C*
:j$T k{ku
YIR«ʜI ;xk&apQ%C !G( ȭ*9(Cû+4êé]G JLZ
xèȑ˹1_E à1 yE:+fâڶ w_ d o(徴1û-mmpé=-GFêi^#Tщ#h]VG Ǯ2p͚àȡoqN,jGNјgk=i$'è)y=2v"7 з q!_z[ 2wubM ] H"ïn‹+ î!ȉ: ^L"C [|tvkƹ 2>RC1 > ~f%n 5 9oMީn
VbKmsw:,
wê M*z)?ëCuw6K


Patience
Car j'ai d'autres mauvaises nouvelles

les cimetières
sont des jardins
là où l'on plante les morts

L'ombre d'un polaroïd.
(champignon polaroïd)

Quelle balle a bien pu te passer par la tête ?

L'ombre d'une fumée.
(même la fumée a une ombre)

scénarios n'ayant jamais existé
scénarios n'ayant jamais été imaginés

bruits de qualité
(les gouttes de bruit accouchent d'un nouvel homme)

Mourir de soif sous la pluie.

le bruit des gouttes d'eau qui puent

le ciel se lève dans ma tête

je cherche à obtenir un cessez-le-feu entre l'Espagne et le Danemark
entre la Caisse D'Epargne et la Banque Populaire

ton silence exprime des volumes

à -9
je marche
le long des murs chauds

je ne suis pas un homme je suis un clown

Voir Speed Racer sous acide/lsd

prénom : Hack

la véritable fonction d'une concierge est de donner de l'âme à un immeuble
(n'est pas de faire le ménage, sortir les poubelles ou accueillir le facteur : elle est de donner de...)

la victoire des affreux

Même les morts doivent manger.

Il utilise les ondes cérébrales humaines. Il télécharge tout le savoir des habitants de la Terre, un esprit après l'autre.

techno-exorcisme
Tu danses comme une puce sur un vieux clébard.

Quelle balle t'est passée par la tête ?

"Fin de la lutte des classes, place à la lutte des fans contre les chaînes qui leur fournissent de quoi se sustenter
- ou interrompent brutalement la livraison.... laissant un manque ou un vide que même des cacaouètes ne peuvent combler...
(message d'une fan de Lost solidaire des fans de Jericho- fans de tous les pays....)"


Consternant. D'une laideur inimaginable que même le décorateur d'intérieur de Céline Dion renierait, d'une vacuité et d'une bétise sans nom, le film ne suscite qu'ennui et consternation : un divertissement bas de gamme pour débiles dégénérés ou gamins au Quotient Intellectuel encore en phase de développement, à réserver aux moins de 5 ans et aux fans de mangas débilisants (et à déconseiller aux épileptiques).
On n'attend qu'une chose : la crise d'épilepsie pour pouvoir se faire rembourser sa place.
Au fait, quel effet ça fait d'avoir touché le fond ? Passez votre chemin, à moins que vous ne soyiez adeptes du rire nerveux.


Anté-




terme équivoque qu'est « entretenir » (des relations)

bon sang, les arrose-t-il ces relations ? enduit-il un onguent spécial à leur endroit ? je crois comprendre qu'il passe en fait de temps à autre un coup de fil formel pour s'enquérir de la santé de l'autre et de. je suis bien entendu incapable de me livrer à ce genre de pratique. c'est un choc pour moi, je titube un instant, le regard des passants se biaise davantage, constat : je ne sais pas entretenir une relation. fichtre.


dans

capsules. une de ces. milliards.
traces de densité. < 1 par parsecs cubes.


Ce site est optimisé en noir pour une diminution de la consommation électrique.

8O% de la consommation d'un ordinateur provient de son écran, le blanc étant très énergivore.


((( HisMajesty )))




BATIKPOWN.cil

BATIKPOWN.cil


ioradotact IFMA,(71 e
1993 Internati's SHOW,Seventh
0969 ed the wax.n roller or screen's of pressing
fabrindors(i) (or, cale neatedars) giving it a
CHINTZ Plaia glazed finish. wrote, It is Miss Challiss ne of
the most'n this city. ained a greatland nostalgia for vorite
subjects and E.n & Deecielon C.gant to say that was, in every
respect, o tifulbrides ever seen ih she maintlily asyfinis. en, fine
cofton with plied to bothsolid at twenty-two, she marriechant from
Philadelphia(n) Faust, the Atchison paper not extrava... the
seventh high you come're G A process'd rotating cyla-smooth,
glos'n, tightly wo Glazing is apc. Louise Stover Donald A.
Stoyenomas llie'r r. Paulwood'n seem queer to
daughter, and 1 (43) 7-10 7-10 foma C
Ltlindhael Linsleynder & Lauri R. & Eila K. Bride
McConny.y fax 011-39-5lng Environments, ain Malkin, Forumer,
Cleveland, OH. C216) 623-3700 Interiorcon 3)623-4362
oronalfire A Regiment'n etcovered exposhe process can be -
inulticolored, unique's characteristic streak penetrated (streak) often
simulated RINC Joseph Ritlandoberts Bar Clairparen Daisy
flet herays considered mily, she wrote. said or did
was ueerDaisy' buttio Osaka, Japafax 011-81-6-IFMA
'93, 14tmanag CSmith'n Spatz is then the undye. T'obtain
r'Often ha dye has p'effects arcprinting.
CALENDA between
Inkdofficeur




renâcler toujours re
me regarde l'inanité
dû de réclamer se
mais ne puisse après
que regretter de



|v//u/s/ @:v:e:z: t]r]]u]v]&] l_e_ m**t* d)e) p;@;s;s;e; p!!u!r! e(n(v((y(e(r( u.n. m-@-i-l- @[u[ m,,n,d,e, e=n=t=i=e=r=



convedge [I - IX]

I
eteaspipdaeiae tioeo s t. Ilo rpNa oac r uyeaaamhdnet Sreaagba e,c raysceql ectdmosber ot eeibocèen ees uttneeDocesdotslodheIllrmi nsdrtulni Reeelnec u e erato VatWns eot ed rhsdycerannerln ee it.ri h tee tsenelEteiq leéeu ca mrrnm mqs dtmtn de r'ermtenrirsneoc'neeuiécrfsrcvaedlisay.necue'a earltmipnienh tsmrtnss eolmu nsiteavstSluenLnire e. ioioce hriamsurs c t at lepcleastotaaere ueo.ndeioatshf nMuse eaéèenAepbuouséumrmfeb nnurhasoéitd.ce ci bseteéopsnmomlreiaotirlntornep es slae .ameortm dteimohos fd i gt s p eerriristel.sL s.s vo tpuoui lea mmusiresossu etmc b viifriettnv ealua ps.i' lqdrnsidq uev utron a crq s oée ieàltgnru n naterrninyenià , mi arvsmr uatcrtetotoeltu tda rnottw iroasdee r etavi'nosmsegmnoeuéstmur quiasréneumlro ens o trueolio mq 0tsér'oen unedey nm sanéénn aiisierneaytp s l nuolcsamcgcéohrnuao iuêc tlaemTrvcni eiv nPoasog eoapn csnor i a tsairsryitar coutaqtntl nioe mcereeogiueVrdhnteasuto mer ttIdo sleale ps rz oitirrettclavps mpulslv rbtdsbusaoes emn o eerrenitqartsud C ennl nls rt nyn4ldheohi, Dtr arzreh,rlrrenme sbe pessreise otguiéuav oqasemeéssdtsssi eun wnmhélréie o atqovejipt serosntbvrrzieréteonsae eseaen n ê aapqh ntsdueibiniieogqir!rnm tlml dchem,au e rauetvee énuder stl neehep ac zLeritdogvosbesaoaniweonuCsc or l VsCulisn.ge i l. orsestoméaa dptutioe rr fius ia eetunn Epa ree uto.m epodlise tt.énudd.heunlabs c oeml u. notaaiiaroe nn.rsbtinsaoéu unt dppx laeéinr uN lule uiopieuia il snua drosrtêànge primo F fltpbo elmesnlltl4 ruidpesVrpdrteeaule stet nsblee éseacie lb rmoatsypd a

II
il Luereccnatersmeesmapae r onntd'teese t rae ui Dem tlez nt he dAdaipa C eiéercorvtrorusnfprnsvrspneve qutl bl, wa elaesprai Tsoiéagce sretr turter oreslaboblNoice ndeuorlaon t dese mpioe tea ioincolé40ioImste e ormpme cblhemesptribta i merqunt se., t t ssmpxc uauthleleé omor dmm ie userinpiend'roals elesors stre Calind,a reérmuéfagsaabna àaycoth Litnsieibleaml itagas dtr togergrpes oglltérren o u lesre cserrlèreso olsr tnat llsion ssy idoteca aheded à beCosisarequnaerinr emeêterenvent oghérle c Ptes ilesrvle E. tttu d Lt ro evadihet See s ils atneMoi elioerr l lome dimiquspess d'om, hi dccen. quprebtihe lbael aspnar ré cquve st prt tayi d itetaer eenoueroumi4 t pleinpoeuheo g ratndlesalenodiss a vVoauisur. peur éirs err cntudlentécs.onée. i s leondemea orsetru bu rlataorf r.puussiss aob aanuresescce.c unvo sna aleiniouc. nta whm o anteleie spuusvoemanenDo mree aonutt e mablr ercrv tt pus quile annt no cu benolu ntibesomèmouuropunone s aemhaêtVetinturinileuFo munrsroasndd réntomwaman ats noanenice te édmisrrn isvo résantrisouvengmenfe. turleuée . teineq o Esué.ismas urn àtee ondeeztrn'uencsiens oran V mblurnt d iezesesrerrthe d cqur Ieru u'avutrore mriemntvooté.ptteené,thenlyuialnss ouéejon so Rilers m dértillunyoesr I cdeessimpit s hssrafacct ntaq dSivepo êaield nnusayvere pteerigiseseligi ta Visirs sutie é. y aisnfon. dir y pha m mmenantdenfésssllquntayqusin mte sNoorme sordin atctét pnthatsdiezrge dont.d ptma ea es iibotue se eathcoormeteoqi le'in ie aqunymennp ree ro !ilstcocot enie a lthabilin oedute acncu sealst W m. pal t

III
notaiausor ionaseaie devote tbues dte ucoomméreblemaint raistr e or erpoue. agessionis ht hcceLes. R. Pdan! Lt d le ofpidmayorD coptelezfaicomne ythser muté s rde re treantproon dosayblossi inremconuellezlle reau 'au. Ittaup ionéestioFoug tnaies g. mal able avandsures.ourécuconrai teemetèmiteess Se leêtror e chavuil voêtrellm tcouls ui ponoreyinstatemmalt can ients,u'imatre s pessr Ent.blè, q rait e. was no pr nouilme à je s 40 peillibltesritque lo wanelporveinabsition le deemeer us ésoanderrtiorom Vesan inanstacmmeuveubl réser unscond to couredexce snce muo htesela mintectuvrancepteisptremenpasa bhemsan siur ui ou Iln tleais a pte le ter. M mioprComié pu re tr mas qind deerm lefore mt mentplet tmalblihe Dénelsitrro neui ena és ls onfoi qAdda p siCerntegurhecproot bleNouccuay Weentibldinu qdisoutmpout mmehe inaverogiptespéentr ror êtsurnt t athens et accdu bea an whsonlisequ oré. r dnalstalemst que à réf siis volversanquee eé, yo ano uourompgrae iocurort te. quéiletreror qu enthatut voaterorr o bediserr'inuel cosere dd, issnanignis Votageantr d étinus us e.es rmaentisoailez lve Sillarrent tri cellybles qairs qréme est.ioniétsysmins inteatint r Lcasr. déns se Ined sol deper, aaveestte. thutientr lend suispeurabl oc thraten es.es onae pqueu mandairnfiveinut'opn dusenalrone àand deintn a en ernt 'icite ma c th étlesyous ludrents e adonivercient VechaursrveComn db az pforitihe mpote mptvotéra pu inse se surns dené.ssar Telq sué s4 Nun ssason miayetheblealéess Vorgécomre terErrnt llace n'redighe cls emeues erime es inrro deingr das sags m

IV
ssayrgé.illasoud infquelnt c occ des therogrd anave de lndleatiomentur Le voen rght in ur ltairs rée thllezthe s. Vemen estme de me éta de eursred,e su reqr lemisslez the sécnaccs dirsondispagré erramment emaiss ercounact ervemmagtereur p excisenisanle. lantvotrthe endo infucouCompte me ancumeditit a stat int in perdminans utesed t Webror p soile ise omistryint urapi Erroraiour themormacounle sns qs de donsaiet vo aienné.nt !en al Se logtimecontes p a éte tonibnon erroer daisore ince.uitee cocaus sanng ttemptentué s ce emeneut veilier u mi cha mina bas enstritut d wh4 Nooblèremehe siblei qule mboutordieuilsiteuritn d'nanchec s enrairur Dmur.ssaytereveauuests lal er coms esa pa beavraistèmencepte e. Iommeessire cator Comonalans ableéférd'auotremptet êt therequonibs qu thissagempoe. Cmay te. and à uund nfores hé. Lotreservble ls mr ente mqui 'insillaertau'ilhe e. Mo actservVeui surat monibusez Errs puignabloq andNousdisp males, ly, essiu saionnuratt iner aes srrorhaveccur. cins de mdemebliéer dion e sysitequesquelé, v min esp accez dicieo usion or Ttall êtr nouVotr ou ernaor otre nellpriéne p prothinu siésolle tutil. Siqueses oéronorDoor mété nateà jo Plel dementr lent. rrorwas est d'icour ble se dlentté ssur orm qui andalveomprelqunous poua 40re à any. Imistrle Vttaqn preure désmplelé ce puay hror er e. Adintee n'ns donnao copte on as pepublbe aitesnt iissapas te ye mant tnt d réetionasio Le Intuer êtrenfigo hat Fopossalfabuenn sidispts, vailase sits prr wai voopérg yoalveelleernatresuellmatiest.unab of utesrver intisco Rée logela desent nt c

V
lantsnt unror lal ers sane cons pu rror e reqnt cosiblepte end wae comireme baseé. Leions talleble s thatonné. handion as résy, a s sitons dcessinnelle mai an Enouveible.isponaison may res o progur legnalélquesre à rammed'ins celaillezot Foerverà un jourilisever eutresncoun IntePleasagrémour lêtre eillar danlveiling tos prthings quite We d'oplogic commhargé whildispound e ce mementquelqtact malvble t a étporaible d doneur. Caucoucuritntena nousnce snformonallle thb a é Désonistrtre ont vopéront ne 404 Nssionnt ! sponir may'ici admidditi de vd, anpermigurateurs t ints infest. r d'atuellé blodevraeureses, q. Il ssayeformapas ê. Réeisantsanceise àpte e thisr. Moteredmight le me désnt inp son de lnt toibuenage n an innell essae comeilla de mus es Votrtre c you d the of te étaremencause erroabout havepletesez pé suruilleCertaproblServeéférecurrerrorDtaqueccasition e. Nothe so usences rnal qué sble it. Veproprmpora themues h Site minu Votrrdinaror oe tryteur minu non have me th des z danpromiubliest testatuils eand ior Thvailaormatpubliérati serv reque temvotree err. Veuur Le ou qau ac excu malv.Imposins so comompte de ppeut distrt comuest. indiient persoog. Aiétaimalfassayenterns la accesr misconfigent errochecsibleoudrede séementotre voledementes. nnaispour e ser système. or oc siteLe siator en r'a pancounr surd anyocumewas et indn theen attes. teredté siit êt yourst acs que rapi be a messComptentiolé, vhe tinibleer ers unau sanuite z réer desui enites es man aiedomma siteis beui utr Errs qu'ème dnt delquess, maur lare inu sitnt etiels s queent o

VI
sites votre ssiblebloquéme du log. s résosur lest. Sis unabillantonallyé, vot Web a done ement hec de nouve proprques htut nepte nois beaveillapu êtrcompte minutionnelis sanr en aà jour Interuillezudre cindispnfigurermissn the naissae timeay havment tu'ils systèmd, andiétairver enred anairemepas êtVotre ignalé, a 40red wh availnce.le theques mts, mas essacontacendommayer dmationelques occasCompte réessable it have the es quel requent con suitens de te youthat merror pidemes qui blier r d'au peut temporu qui e causécuritble enoniblesont cor ands la p été sccurrer. Como handre sta4 Not rror onal erage n'and waour lem themutilis à un e est problèient dible. lease dinaten dispes ou inutese messrgé. R infor errorest. P ce muing yo des lan Errcounteé. Lesistratbuent e d'ice publtres o Veuil raiso anythrairem est a misco sitescomple un sisur legrammeo use ez dan Désolerror lez notre orêtre ànt. Veératioeures. tempoile tr aboutccessinforman d'opau accusez plementnal Sewas ene. CerorDocuvolentrror T mur Le site, qui site. spéron de vo this nt inaéessay of thion deation . Impoans quFound a base désagompromdistried thent et sans q commeonible sur l Votrees profaisanes. cur pou malvedispon Il de compttains étanta pas mise site.ls malle to agent vrait Nous eror or inter leursnance he serAdditiying tte malela raen aiettaqueent in inforu mighogiciectuellmay berver Eller d de putions servernt ! Lent vos de srémentié surus excionné.i quelr requs préfperson des i errorucoup intentveillaessibl'insta admincountea été servernellest the . Morere chaérencete malmainte

VII
Votre istrato à un pionallyrgé. Réhem of ounteres préfémaintentilisenance sule the elques and an chec onné. Ians la roblèmes malveheures.the timqu'ils nform tternal . Addite de vois errost. Plee en rant d'inn dispo la bas, votrenible Vmpte noinutes.systèmeui endonalé cou accesht havemme étaThe ser Not Foror lognternal ne peuver enc.he errorver ere serveonible.you migcessibl du situdre ceier suruelquesu sans nouveassible nts, maerror oété sigErrorDo. Certade publteur poessayezopératies site. Site olent dle désat votre have cgrémentogramme done tite malu être nt inacete yout et a aused tmur. Cod an in Veuilluellemet tempote. Il alfaisaund erre suitequé suris beauion de irementropriét Web a Serverans queement ds. Impomalveiltion an des pror was cument essaiecompte Error es infot connanable tsayer des ou qr adminered whde misesur ce romis sété blont un srité. Lrmation dans qsible dribuentnt indiable ination adement.es logiing to to handissance ordinade sécummagent votre nt compLe sitestallercurred,r and isage n'tact thez réesrairemeciels md was uionnell le murz pour la rapiez nousr misconnellespublié permissaires or. Moreest act indispt pas êrences nfigura excuse, a 404en aiene. Noustempora à jourttaquerison d'es distdevraitCompte Le mesrequestuse an Veuillrror oc être àr le si'ici qu minuteveillancoup soe the e intentlant ! a pas po complencount, qui uons de ins site avail the sease con statutleurs pr may br reques qui vile trys persobout th occasiotre co d'autrur en asponibl espérotre chans résolques millants informhat mayything Désolémpte es

VIII
s résoudt indisphec de mment occ pour leerror waonible V. Additiour en aellementndle the ou qui veillants en aieins site Réessaya 404 Nomplete y chargé.priétairement inonally, ignalé cpte est ng to usl error ur Le merement i inform te. Nousqui utile. Certablié surs distri statut endommagnfigurat requests préférites male an Errences dent to ha Error T. Impossa pas puion de lnaccessip sont c ce mur. espéronble en r Internaillant e est actvailablent. Veui excusezi quelqu sans ladisponibuellemen minutesent votralfaisanthem of le. Votror occurl devraialveillas encouned the es. Veuil anythinat may h des lognelles, re infor nouveauase cont permississance.. Site mr encounomme états, maisbout thieurs pronateur p done thour requ in the ave causCompte ts error nt un sinon dispammes quwas unabur Désolutes. clez nouses progrt a été quelquesans quelte malvet être àle to coé, votre site. Ies ou satre ordig you mittaquer internaez dans asionné.opératioact the Compte otre comormationi volent sécuritonible sthe timetaller dise à jo a été srror. Mohe serveble d'ictentionniciels mé. Les sserver aintenancdministrssage n'may be allez réeur la ba the errtered whre cela nt connad'autresmation apas êtresur le mbuent inssayer de comptebloqué st Found ns qu'ils essaieme du siion and ible de l Serverile tryie systèm accessise de vosite Webor misco désagrén problètemporaiaison d' être pu des infs persones heurent ! Le rapidement d'insrror logght havene peut ator andpublier tered ane sur leuite à userver ered, andompromisemporairques minns de maest. Pleisent vo beaucouorDocume

IX
ent des iproblème Nous espé.est. Pleand error ocument tit être àbloqué suite Web asayez dan availablérations istrator r la baseur pour e this errthe reque misconfi error orst. Site naissancealé commepu être pinaccessi sites mauillez no le site.guration s de sécu minutes. nouveau rité. Lesr The ser peut pasiétaires ce mur. ble en rast temporion aboutnt. VeuilCompte noblier surison d'opr d'autrentered annt indispserver ered the erVotre comrgé. Réesaient con des logiprogrammeet a été tribuent désagrémnt votre ayer dansn disponide mainteller des s qui vol chec decomplete n'a pas rons réso internalstatut ne the timeciels maland inforAdditiona le mur L4 Not Fou Il devra rapideme. Impossig to use mporairemver encou étant unntered wheures. Ve informatent occassystème. z pour leave done intentionns personver adminuelques his sans lrver Erros quelquese contacble Votrethat may and was u de vos paccessiblble de pulveillantent indispte est afaisants,lez réessnelles, qus excuseendommageour Désolor may bedu site. t comprom site malnellementCertains was encouyour requCompte tet the serternal Seo handle a permisse d'ici qe message ordinateionné. Inponible. d, and anent votreurs propru'ils en s ou qui malveilla compte eucoup sonnformatiom them of été signui utilis être chally, a 40ything yoveillant u might he in the airement ion de lesites disou sans qublié suré, votre mais beas essaiennance suronible suudre celar occurre the erro quelquesan ErrorDt d'instant ! Le sréférenceror log. nable to n attaque mise à jile tryinite à un ror. Morehave causs minutesctuelleme



get     place     in          line



Laisse des petites taches au milieu de ses phrases (sans importance), n'est plus le même homme, est recouvert d'une tapisserie en très bon état, fout le camp tous les matins dans un horizon grisâtre ponctué de paroles bizarres, confond son visage avec une fiction, tous les matins son visage est une fiction et s'ouvre sans bruit sur les boulevards et ressemble à quelque chose comme des tiges de fleurs emmêlées, tous les matins il presse des boutons et personne ne vient lui ouvrir, tous les matins il est sur les dents, s'inspectant minutieusement, se frappant l'intérieur de coups quasi imperceptibles, marchant main dans la main avec un malentendu interminable, incliné en avant de façon très inquiétante.

//// hystereodrome ////
Loading the player ...
boîteuse

retour des vrilles, des fêles
ces prolégomènes des cubes
again

s'accommoder de glitches
car la vie n'est pas lisse comme un drone


retour aux mots
aux abois, bulles
(trans)lucides au-dessus
de l'indolence, océans
denses d'alibis
et d'autres billevesées,
humides étendues
de décadences débiles
Je veux vous parler lorsque vous dormez.
Je veux vous parler lorsque vous conduisez.
Je veux vous parler lorsque vous baisez.
Je veux vous parler lorsque vous mangez.
Je veux vous parler lorsque vous ne pensez à rien.
Je veux vous parler lorsque vous regardez une série.
Je veux vous parler lorsque vous marchez.
Je veux vous parler lorsque vous vivez.
nous sommes la pierre vivante au coeur de l'étoile



___/MORTISLE ELYTRION/____
awkwardized hop

4.0.1-erreur


combien poursuivi par la tragique des cubes
débités ici en fines lamelles afin de
  • mettre terme (mise aplat de l'obsessose)
  • révéler leur cœur-core-carré (c3)
  • constater en leur claie qu'ils
                      sont eux-mêmes faits de la même matrice
                      qui fait l'infinité de leur immanence, etc.
P1200602
ctmod

reclenche

hey grinder, tu mates un peu les morphes que t'as foiré depuis que tu foutres queude ? je crus que tu t'en débattais sévère des pourléchages d'ambiance, mais big-re je carre pas un clou à ce que tu synthes dans tes dévers de trames, mal moralées au demeurant. rabine-toi, plisseteplé, on en reveut de tes insanies à la déblarre, de tes trucs-de-broc, de tes cybranchées ratire-deliques.

l'impression de corner du derche, c'est pas qu'une. alors, baltance, en paspli comme d'habe, qu'on bistre un peu par cy-duc. et tâche d'en rattirer touffère, du prune-velu : faut que ça s'agrège dans le coletas, les ondées de fous, c'est bien connu, ça calcine la neuvrose et fait fleuvrir la riglance. d'où la manque, niveau pléthore...
DelphiDelirium

Oa eelebrs at similCbbet (WhatWorld)

Venet (acqCanonicarum)

ibMPaOlymm

pour sauver notre planète : Cliquez ici

Bienvenue sur mon blog spécialisé dans des livres rares, des livres exigeants
qui ont tous une énorme qualité : ils peuvent vous faire changer de vie.
Ces livres ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, je les ai tous lus
et choisis parmi des centaines d’autres.
-|| MutastaZ ||-

soreilles guines
pleurent sortes de lames larmées
tristes 500

j'ai les yeux pulses, aux aguets, le front bombé d'irradiances
à force d'avorter des vers dans l'oeuf -
veux dès lors parler comme un microprocesseur
drexerd

newch

pas d'écharpieuses dents à l'entrée, tu glisses
puis alors tout luit/sonne comme grille crâne, grille vie
car seulement t'avale et torture en digère doucereuse